Peuple - ethnie Senoufo / Senufo

Pays : Côte D’Ivoire / Mali / Burkina Faso - Région ou ville : Korhogo

Copyright Google Maps

Partis du delta du Niger, autour de la région de Kankaba (Mali), à  la recherche de terres fertiles, les Sénoufo (Senefo, Sene, Syénambélé, Siena)arrivèrent vers le 13 ème siècle dans la région où ils résident actuellement, Korhogo (Côte d'Ivoire), protégée des incursions guerrières par le Bandama Blanc.

Korhogo devient la capitale et le siège de la plus importante chefferie sénoufo.

Au XVIIIe siècle, l'ouest burkinabé, à  l'exception des pays lobi et birifor et d'une partie du pays dagara, passe sous la domination des souverains dyula de Kong. Famara Wattara, fils de Seku, s'installe à  Bobo-Dioulasso et fonde le Gwiriko tandis que son frère Bakari tente en vain de conquérir le territoire des lobi, toujours farouchement attachés à  leur indépendance.

Au XIXe siècle, l'empire de Kong est démantelé. Le Gwiriko est déchiré par d'incessantes révoltes. Le royaume dafing de Wahabu, naît sur ses décombres. Plus à  l'ouest, mais toujours à  l'intérieur des anciennes limites de l'empire de Kong, des Traoré fondent autour de Sikasso le royaume du Kenedugu (1825).

Mieux organisé que le Gwiriko, et se posant en rival de ce dernier, le Kenedugu, comme son voisin, doit affronter de nombreuses et violentes révoltes. Le Kenedugu disparaît avec la prise de Sikasso par les français (1898).Le nom "sénoufo" est un terme Bambara du Haut-Niger qui peut se traduire par "langue des cultivateurs".

C'est un terme exogène pour désigner toutes ces populations hétérogènes installées dans cette zone et pratiquantt l'agriculture.

On peut distinguer des sous-groupes "sénoufo" mais ils possédent tous des caractères culturels communs comme la langue (les différences linguistiques se manifestent dans des nuances de prononciation : l'accent, le ton, la contraction de certains mots...), certains cultes et rites (le culte du "Komo" et les rites funéraires), la musique et la danse...

Affichage 1-100 de 166 article(s)