Personnage masculin en terre cuite 1er siecle - Civilisation Nok - Nigeria

  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite 1er siecle - Civilisation Nok - Nigeria
  • Personnage masculin en terre cuite 1er siecle - Civilisation Nok - Nigeria

Objet vendu !

Disponibilité : Cet objet n'est plus disponible

Le rat ne tire pas la moustache du tigre ...

Prévenez-moi
si l'objet revient en galerie !

Personnage masculin en terre cuite 1er siecle - Civilisation Nok - Nigeria

La civilisation Nok apparaît au Nigeria 1000 ans avant J.C. et s'éteint mystérieusement à la fin du premier millénaire.

On suppose que sa disparition est due à une épidémie ou à une famine dévastatrice.

Elle apparaît aujourd'hui avoir été une civilisation très avancée tant sur le plan de son organisation sociale que de son raffinement, à une époque où le reste de l'Afrique méridionale entre dans l'ère néolithique (l'âge de pierre, lorsque chasseurs et cultivateurs ne pouvaient s'aider que d'outils lithiques).

À présent, la culture Nok est considérée comme la plus ancienne productrice de terres cuites d'Afrique subsaharienne.

Le test d’Archeolabs de mars 2005 le date entre 600 BC et 200 AC.

En savoir plus ...

La civilisation Nok apparaît au Nigeria 1000 ans avant J.C. et s'éteint mystérieusement à la fin du premier millénaire.
On suppose que sa disparition est due à une épidémie ou à une famine dévastatrice.

Elle apparaît aujourd'hui avoir été une civilisation très avancée tant sur le plan de son organisation sociale que de son raffinement, à une époque où le reste de l'Afrique méridionale entre dans l'ère néolithique (l'âge de pierre, lorsque chasseurs et cultivateurs ne pouvaient s'aider que d'outils lithiques).

On a, à l'occasion, parlé d'une descendance immédiate avec l'Egypte ancienne ou la Nubie Antique, ce qui expliquerait en partie la maturité de cette civilisation, considérée comme la plus ancienne productrice de terres cuites d'Afrique subsaharienne.

C'est à l'occasion de recherches de gisements miniers sur le plateau de Jos en 1929 que la culture du peuple Nok est redécouverte. Les premières pièces sont sorties de terre mais retombent dans l'oubli.

En 1932, un groupe de 11 statues en parfait état fut découvert près de la ville de Sokoto. Depuis cette date, des statues en provenance de la ville de Katsina ont été mises au jour.

Plus tard encore, en 1943, à proximité du village de Nok, au centre du Nigeria, est extraite, par hasard, une nouvelle série de figurines en argile, lors de l'exploitation d'une mine d'étain.
L'histoire nous en est mieux connue et mérite d'être racontée : un ouvrier avait trouvé une tête qu'il avait emportée chez lui pour en faire un épouvantail, rôle qu'elle remplit parfaitement pendant un an dans un champ d'ignames.
Elle attira cependant l'attention du directeur de la mine qui l'acheta. Il l'emporta dans la ville de Jos et la montra à l'administrateur civil stagiaire, Bernard Fagg, archéologue de formation, qui comprit immédiatement son importance. Il demanda alors à tous les mineurs de l'avertir de leurs découvertes, ce qui permit de réunir plus de 150 pièces.

Par la suite, Bernard et Angela Fagg dirigèrent des fouilles systématiques qui se sont révélées d'autant plus fructueuses que les trouvailles, dispersées sur une zone très vaste, ont largement dépassé le site initial.

En 1977, le nombre d'objets en terre cuite découverts au cours de travaux d'extraction minière se chiffrait à 153 unités, provenant en majorité de dépôts secondaires (les statuettes avaient été charriées par les crues vers les vallées) situés dans les lits des fleuves desséchés de la savane du centre et du nord du Nigeria, au sud-ouest du plateau de Jos.

Par la suite, de nouvelles découvertes ont eu lieu dans une zone toujours plus étendue, couvrant actuellement une superficie de 480 sur 320 km, englobant la moyenne vallée du Niger et la vallée inférieure de la Bénue.
Texte extrait de wikipédia

 Arts primitifs et masques Africains

Provenance collection particulière

Grand personnage masculin en génuflexion, soclé (h = 74 cm hors soclage).

Il lui manque le bras droit. Le pied a  été réparé (recollé).

Le test d’Archeolabs de mars 2005 le date entre 600 av. J.-C. et 200 apr. J.-C..

Splendide pièce proposée à la vente par l'un de nos clients. 

Nous consulter pour le prix de vente.

 

Caractéristiques

  •    Ethnie : Nok / Région de
  •    Pays d'origine : Nigeria
  •    Zone de collecte : Nigeria, Abuja
  •    Ancienneté présumée : I er siècle après JC
  •    Matière principale : terre cuite
  •    Aspect de surface : de collection
  •    Etat apparent : bon état, quelques manques ou accidents
  •    Etat de conservation : restaurations par ancien propriétaire
  •    Appartenance : ex collection particulière Europe
  •    Test laboratoire : Thermo L par Archéolabs - Grenoble - France
  •    Hauteur, en cm : 74
  •    Socle : oui

Références bibliographiques pouvant vous être utiles


Serge C.1