Rechercher des objets d'art africain

Galeries

Ethnie

Familles

Sous-familles

Matière

Datation estimée

Recherche avancée

Test laboratoire

Appartenance

Ventes caritatives

Forum Toguna

Les derniers messages du forum :

  • Re : formations En fait , comme beaucoup , je cotise au 1% formation , et on à droit a une prise en charge annuelle d'une formation , c'est une somme conséquente qui est tres peu employée , et ils ont en fait beaucoup d'argent en trop !! peu de gens s'en servent , alo...
  • Re : Hampe/piquet en métal Bonsoir, Merci beaucoup, Christian et Jean-Luc, de vous être penchés sur la question. Comme dans le texte d'Akubue, transmis par Jean-Luc, Cole décrit ces hampes 'ngwu ogiliga' comme des insignes statutaires  (Cole, 'Igbo Arts - Community and Cosmos',...
  • Re : formations J'ai l'impression qu'il faut plutôt compter sur soi-même. Comme tu l'écris souvent : il faut lire, aller dans des expositions, manipuler des objets, discuter avec des connaisseurs... Je rajouterais se faire embaucher par un galeriste. Concernant les éc...
  • formations Existe il des stages , écoles , formations ...un peu pointues dans le domaine des arts premiers ? rien trouvé sur google !
  • Re : Hampe/piquet en métal Ha ok , si on le classe comme Ngwu ogiliga alors c'est trés clair :-)

Peuple africain Karo / Kara Pays : Éthiopie - Région ou ville : Omo River

Les Karo (ou Karas) sont un peuple d'Afrique de l'Est, sous-groupe de l'ethnie Banna, surtout présent dans la basse vallée de l'Omo en Éthiopie. Ils sont assez proches des Kwegu.


Les Karo, seuls sédentaires à part entière de la région, se regroupent majoritairement dans le village de Douss.


Pendant des générations, ils sont restés protégés de l'intrusion du monde extérieur par les montagnes, la savane et le fait que l'Éthiopie est la seule nation africaine que les Européens n'ont jamais colonisée. Ils sont aujourd'hui très peu nombreux puisque l'on en décompte quelques centaines.


La fin des récoltes est célébrée en grande pompe par une fête qui dure plusieurs jours. Les hommes se recouvrent presque tout le corps et le visage de peinture végétale blanche et rouge, les parties de peau laissées à nu formant des motifs variés.


Ils sautent à pieds joints le plus haut possible et dansent en mimant les jeux de l’amour, tandis que les femmes, parées de leurs plus beaux atours, se pavanent, puis rejoignent dans la danse leur favori. Pour se désaltérer, ils s’abreuvent d’hydromel. Cette fête est aussi l’occasion de sceller des couples. Adapté de : Ethiopie : Au fabuleux pays du Prêtre Jean (Edition 2003)

© Textes adaptés des sources suivantes : "The peoples of Africa" de J. Olson, Wikipédia, Joshua Project, Cia...
Résultats 1 - 2 sur 2.
  • 190 €

    Ces objets sont souvent décrits comme des supports destinés à protéger des coiffures élaborées, les coiffures prenant souvent de longues heures voire de longs jours pour être réalisées. Mais les coiffures ne sont pas seulement une parure : elles dignifient et signalent l'âge, le genre, le statut social à qui sait les lire. Bien souvent encore, elles... Ces objets sont souvent décrits comme...

  • Ces objets sont souvent décrits comme des supports destinés à protéger des coiffures élaborées, les coiffures prenant souvent de longues heures voire de longs jours pour être réalisées. Mais les coiffures ne sont pas seulement une parure : elles dignifient et signalent l'âge, le genre, le statut social à qui sait les lire. Bien souvent encore, elles... Ces objets sont souvent décrits comme...

Résultats 1 - 2 sur 2.