Peuple - ethnie Teke / Bateke / Tio

Pays : Congo-Kinshasa / Congo-Brazzaville - Région ou ville : Cuvette

Copyright Google Maps

Selon les sources on observe de multiples variantes : Anzicana, Anzichi, Anzicho, Anzika, Anzique, Ateo, Baketi, Bateke, Ba-Teke, Batekes, Tege, Tekes, Teo, Tere, Tio, Tsio, Tyo.

Les Tio, souvent appelés Téké (Batéké en kikongo ou Teke selon l'orthographe africaniste), forment un peuple bantou partagé entre ouest de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), le sud du Congo et, minoritairement, le sud-est du Gabon.

Les Téké sont minoritaire au Gabon, 54 000 se trouvent dans la région de la province du Haut-Ogooué. Le Président Omar Bongo est un Téké.

En République du Congo, les Téké forment presque 40 % de la population et se trouvent dans la région des Plateaux, de la Cuvette ouest( ici ils sont appelés Mbéti et Tégué), du Niari (ils sont nommés nzabi), de la Bouenza et la région du Pool.

Selon les mythes fondateurs congolais, ils descendraient de Nguunu, ancètre de la plupart des populations du sud congo. Successeurs des pygmées (Négrilles) dans l'occupation du Congo Brazzaville, ils sont fondateurs du grand royaume Téké, rival du royaume Kongo.

Leur roi, connu dans l'histoire sous l'appellation de Makoko, signa le 3 octobre 1880 à  Mbé, capitale de son royaume, un accord avec l'explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza.

En République démocratique du Congo, 267 000 Téké sont situés dans la province du Bandundu et la ville-province de Kinshasa.Les Téké eurent des contacts avec les Portugais qui exploraient la région côtière à  partir du XVIe siècle. Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, le royaume Téké a participé à  la traite d'esclave et au commerce entre l'Afrique, l'Europe et ces européennes en Amérique.

Le royaume est tombé en 1880 suite au exploration de Pierre Savorgnan de Brazza pour le compte de la France quand leur roi, Makoko conclu un traité, dit " traité Makoko ", avec celui-ci afin de placer son royaume sous la protection de la France. Ceci permit un établissement français à  Nkuna qui devint par la suite Brazzaville.