Rechercher des objets d'art africain

Galeries

Ethnie

Familles

Sous-familles

Matière

Datation estimée

Recherche avancée

Test laboratoire

Appartenance

Ventes caritatives

Forum Toguna

Les derniers messages du forum :

  • Re : Bambara mal baré ! Bonjour, Ce détail n'a peut-être pas d'importance mais comme il me trotte dans la tête je l'expose. Je trouve qu'on remarque beaucoup plus de sculpture Bamana avec un trou au niveau du nez sans doute pour y insérer un anneau. Alors que chez les Senoufo...
  • Re : Bambara mal baré ! Tu as mal interprété mon propos , je respecte totalement ton avis , et suis d'accord avec toi , Roudillon est un homme .... donc imparfait et je voulais juste faire un rapprochement avec la culture Africaine sur le respect des anciens , car j'aime cett...
  • Re : Bambara mal baré ! Fricotin, je respecte les anciens , mais je ne crois pas à l'infabilité, ni du pape ni de M. Roudillon, tout en reconnaissant son experience. Je ne suis pas specialiste ni des senoufo ni des bamana mais, dans ce forum, je me permets de dire mon opinion...
  • Re : Petit E.T. Bonjour François, J'ai fait un petit sondage auprès de mes camarades indonésiens et, d'après eux, cet objet pourrait être de l'île de Lombok (dont les Sasaks sont le principal groupe culturel). Autrement dit, la pierre de ton E.T. vient peut-être du tr...
  • Re : trous fixation rectangulaire Les trous carré existe en Afrique et pas seulement sur les masques. Plus souvent sur des objets.

Le troc existe depuis que l'homme est apparu sur la Terre. Il a en effet commencé dès qu'un être suffisamment intelligent a pu comprendre qu'il pouvait échanger un silex contre une peau de bison sans devoir aller le chasser lui-même...


L'origine du troc se confond avec celle de l'homme. Mais à l'ère paléolithique, l'économie de survie des chasseurs n'a pu donner lieu à des échanges importants.
Au néolithique, avec l'apparition de l'agriculture et de l'élevage, les hommes ont commencé à échanger leurs surplus sur base du troc. Le commerce a donc précédé le métier de commerçant. Cette économie villageoise de production va vite évoluer comme en témoignent les traces d'un trafic se déroulant déjà sur de longues distances. Ainsi, des pierres étaient exportées sous forme de lames brutes que les artisans locaux finissaient de tailler. Des stocks ont été découverts qui paraissent indiquer qu'il existait déjà une sorte de "réseau commercial". Plusieurs exemples peuvent être cités: l'obsidienne utilisée sur l'île de Chypre venait d'un lointain volcan d'Anatolie (Turquie); le silex jaune de Touraine (France) était exporté vers la Suisse; l'ambre jaune (résine fossile) des pays baltes parvenait dans le bassin méditerranéen.

Plus tard

Le troc a toujours compensé l'absence d'une monnaie commune.
Rouliers des mers et navigateurs intrépides, les Phéniciens, dès le VIIIème siècle avant notre ère, poussèrent très loin hors de la Méditerranée leurs investigations. Au Vème siècle avant J.C., le grec Hérodote dans ses "Histoires" nous explique leur technique: "Lorsqu'ils ont débarqué leurs marchandises, ils les déposent en rang le long de la grève, se rembarquent sur leurs vaisseaux, et font de la fumée. Les indigènes, voyant cette fumée, se rendent au bord de la mer, déposent de l'or qu'ils offrent en échange de la cargaison, et s'en retournent à distance. Les Carthaginois débarquent, examinent l'or; s'il leur paraît équivaloir à la cargaison, ils l'enlèvent et s'en vont; s'il ne leur paraît pas équivalent, ils remontent sur leurs vaisseaux et s'y tiennent. Les indigènes s'approchent et ajoutent l'or à ce qu'ils avaient déposé, jusqu'à ce qu'ils les aient satisfaits. Ni l'une ni l'autre des parties, disent les Carthaginois, ne fraudent."

Dans les îles Cassitérides, près de la Grande Bretagne, les Phéniciens échangeaient des poteries, du sel et des ustensiles de cuivre contre les produits des mines d'étain. Cet étain des îles Cassitérides alimentait aussi les ateliers d'artisans de la Grande Grèce (Sicile et Italie méridionale). Le vase de Vix offert au Vème siècle avant J.C... par les bronziers grecs à leurs intermédiaires commerciaux celtes atteste ces réseaux commerciaux à travers l'Europe occidentale.

Au Moyen-Age

De son côté, Ibn Battuta, grand voyageur arabe du XIVème siècle, ne manque pas de signaler les pratiques d'échange qu'il a observées: "Les noirs utilisaient le sel dans le commerce comme l'or ou l'argent sont utilisés ailleurs. Ils le coupent en petits morceaux et s'en servent pour acheter ou vendre." Il faut savoir à ce propos que les ?thiopiens acquittèrent leurs impôts en barres de sel jusqu'en 1920!
Au XVIème siècle, lorsque les bateaux des explorateurs européens accostaient des terres inconnues, ils proposaient de la verroterie contre des vivres frais. Mais d'autres instaurèrent le commerce triangulaire basé sur l'échange scandaleusement fructueux d'esclaves noirs de Guinée contre de vieux fusils et des perles de verre coloré...

A l'époque des Colons

Dans un texte très significatif de 1874 qui souligne le rôle du troc dans la grande aventure de l'exploration du continent africain, le lieutenant Cameron nous raconte comment il dut s'y prendre pour se procurer une barque. "L'homme de Saïd voulait être payé en ivoire et je n'en avais pas. On vint me dire que Ibn Selib avait de l'ivoire et qu'il désirait de l'étoffe; malheureusement je n'avais pas plus de l'un que de l'autre, cela ne m'avançait pas beaucoup. Mais Ibn Guerib qui avait de l'étoffe manquait de fil métallique dont j'étais largement pourvu. Je donnai donc à celui-ci le montant de la somme en fil de cuivre; il me paya en étoffe que je passai à Ibn Selib; celui-ci en donna l'équivalent en ivoire à l'agent de Saïd... et j'eus la barque!"

Le troc des "monnaies" utiles

Le troc jalonne notre histoire proche et lointaine. S'il a longtemps été le seul moyen d'échanges entre les gens et entre les peuples, le troc s'est progressivement affiné en prenant objets ou animaux comme pièces d'échanges.
Plus haut, nous avons vu que le troc existe depuis que l'homme est apparu sur la terre. Ce mode d'échange a en effet commencé dès qu'un être suffisamment intelligent a pu comprendre qu'il pouvait échanger un silex contre une peau de bison sans devoir aller chasser ce dernier lui-même...
Echanges d'objets, de récoltes, d'outils, de denrées et même d'esclaves ont traversé l'histoire et les continents. Mais pour améliorer et faciliter le troc, l'homme a rapidement utilisé des objets ou des animaux reconnus par tous comme pièces d'échange: c'est la "monnaie primitive". Ces objets sont acceptés comme paiement soit parce que leur utilité leur donne de la valeur soit parce que leur rareté provoque la convoitise.
Dans l'Antiquité, la "monnaie utile" fut surtout de la nourriture conservable (riz, thé, céréales) ou des moyens de travail (bétail, outils).
Aux premiers temps du monde antique grec ou romain, on échangeait des boeufs à la fois comme nourriture et comme force de travail. C'est ainsi qu'à Rome, les premiers lingots de bronze (aes rude) furent coulés dans un moule où figuraient la forme d'un boeuf ou d'un cochon. Signalons ici que nous utilisons toujours le mot pécuniaire qui nous vient du mot latin pecus, le bétail... et en hébreu, keseph , désignant la monnaie mais aussi le mouton. De nos jours, en Afrique orientale et en Nouvelle-Guinée, on utilise encore fréquemment du bétail en paiement.
La première véritable monnaie d'échange fut en fait le cauris, petit coquillage qui prospère dans les eaux profondes de l'Océan indien sous les Tropiques.
Déjà utilisés en Chine comme "argent" il y a 3.000 ans, les cauris ont ensuite été appelés à jouer le même rôle en Inde et en Thaïlande, en Afrique occidentale et orientale. De forme et de taille relativement régulières, ils sont simples à compter.

Rites et offrandes

Divers objets parfois désignés par le terme de "monnaie primitive" répondent à des buts rituels comme offrandes à une divinité ou à un besoin de prestige social. Ils ne sont pas toujours destinés aux achats quotidiens, nécessairement limités.
Ainsi, les pennies Kissi ont joué un rôle mixte fort intéressant. On les trouve au Liberia, en Afrique occidentale, où ils ont continué à être utilisés par les tribus noires jusqu'en 1930 environ, longtemps donc après l'introduction dans le pays de la monnaie moderne. Ces pennies ont la forme de longues tiges de fer aplaties à une extrémité. Une forme probablement dérivée d'un outil antérieurement en usage. Les pennies Kissi étaient toujours acceptés, étant donné l'utilité du métal pour fabriquer armes et outils. Ils servaient également pour les échanges traditionnels lors des mariages.
De manière comparable, on trouvait au Soudan des objets de métal en forme de houe ou bêche triangulaire, ressemblant exactement à un as de pique. Ils étaient également largement acceptés comme mode de paiement surtout pour les mariages, même s'ils étaient trop légers et fragiles pour servir d'outils.
Il est intéressant d'observer à ce propos que la forme choisie par les Chinois pour réaliser leur première monnaie au Vème siècle avant JC étaient aussi celle de petits couteaux ou de petites houes. La civilisation swahilie, métissage d'Arabie et d'Afrique, a pratiqué le commerce avec l'extrême Orient et la Chine bien avant l'arrivée des Européens dans l'océan Indien. Les céladons (porcelaine chinoise) vert jade de la lointaine Cathay ornent encore aujourd'hui les ruines des mosquées de terre crue des vieux ports de Kilwa ou de Lamu (côte septentrionale du Kenya). Ils y furent échangés contre les écailles de tortue, les cornes de rhinocéros et l'ivoire...
Enfin, le métal argent ou or a été longtemps pesé pour les échanges, parfois sous forme de lingot. En Mésopotamie, vers l'an 2000 av. JC, il existait des listes de prix officiels indiquant les quantités de denrées correspondant à certains poids d'argent.
Pour éviter le pesage et les inconvénients du troc, c'est dans le royaume de Lydie où régnera le roi Crésus et où coule le fleuve Pactole (en Turquie actuelle) qu'on inventa à la fin du VIIème siècle av. JC les premières pièces de monnaie... mais ça c'est une autre histoire!"

Emily Beauvent