Rechercher des objets d'art africain

Galeries

Ethnie

Familles

Sous-familles

Matière

Datation estimée

Recherche avancée

Test laboratoire

Appartenance

Ventes caritatives

Forum Toguna

Les derniers messages du forum :

Dioula / Dyula Pays : Côte d'Ivoire / Mali - Région ou ville : Niakaramandougou

Les Dioula (nom également transcrit Dyoula ou Dyula) ne sont pas vraiment une ethnie mais plutôt des commerçants ambulants d'Afrique occidentale, d'origine Malinké. Dioula, signifie en malinké « commerçants ».


À l'époque de l'empire du Ghana, les groupes mandingues, dont font partie, entre autres, les Malinkés et les Soninkés, dominaient l'Afrique de l'Ouest. L'aristocratie, les membres de la noblesse, de l'empire du Ghana, ou de Wagadou, étaient issus des Soninkés et Malinkés.


Les commerçants arabo-berbères musulmans venus d'Afrique du Nord et de l'Orient par les voies transsahariennes étaient en contact avec cette noblesse de Wagadou. C'est ainsi que naquit parmi les membres de la noblesse une élite de commerçants, islamisés par les commerçants arabo-berbères. Cette élite servait d'intermédiaire entre les populations africaines et les arabo-berbères, pour le commerce.


Cette élite de commerçants mandingues portait le nom de Dioula, qui signifie en malinké « commerçants ». Petit à petit cette élite de marchands devint de plus en plus indépendante, car grâce au commerce, ils ont pu s'enrichir de telle façon qu'ils se sont détachés peu à peu de l'aristocratie du Ghana. Devenant puissants économiquement, ils commencèrent à adopter un mode de vie nomade, de riches marchands ambulants. Avec le nomadisme qu'ils ont adopté, ils se répandirent, de l'ouest à l'est, du Sénégal au Niger, et du nord au sud du Sahel africain aux forêts de Côte d'Ivoire.


Les Dioula se localisent principalement sur l’axe routier Niakaramandougou - Ferkessédougou, mais aussi vers le centre-nord de la Côte d'Ivoire et autour de Bondoukou au nord-est.

© Textes adaptés des sources suivantes : "The peoples of Africa" de J. Olson, Wikipédia, Joshua Project, Cia...
Résultats 1 - 4 sur 4.
  • 3 800 €

    Les masques Dioula restent rares. En voici un exemplaire issu d'une collection Française. Grande finesse dans l'exécution, forte proportion de cuivre rouge. Le cuivre a toujours été un matériau rare et coûteux dans toute l'Afrique. Son emploi, brut ou comme composant principal d'un alliage, était une opération lourde de sens. De plus, la technique de... Les masques Dioula restent rares. En...

  • 2 800 €

    Les masques Dioula restent rares. En voici un exemplaire issu d'une collection allemande. Le cuivre a toujours été un matériau rare et coûteux dans toute l'Afrique. Son emploi, brut ou comme composant principal d'un alliage, était une opération lourde de sens. De plus, la technique de fonte à la cire perdue exigeait les compétences et le temps d'un... Les masques Dioula restent rares. En...

  • 1 950 €

    Les masques Dioula restent rares. En voici un exemplaire ancien avec une belle patine de fouilles, oxydation croutée en surface. Splendide, probablement vers 1900. Le cuivre a toujours été un matériau rare et coûteux dans toute l'Afrique. Son emploi, brut ou comme composant principal d'un alliage, était une opération lourde de sens. De plus, la technique... Les masques Dioula restent rares. En...

  • 693 €

    Le cuivre a toujours été un matériau rare et coûteux dans toute l'Afrique. Son emploi, brut ou comme composant principal d'un alliage, était une opération lourde de sens. De plus, la technique de fonte à la cire perdue exigeait les compétences et le temps d'un artisan spécialisé. Tout cela explique la rareté relative des masques en métal, comparativement... Le cuivre a toujours été un matériau...

Résultats 1 - 4 sur 4.