Objet vendu !

format_quote Celui qui demande qu'on lui répète, n'est pas forcement sourd format_quote

Cimier Gazelle Ti Wara / Ci Wara - Bambara / Bamana - Mali

Masque typique de cette ethnie. Les sculpteurs (forgerons) Bambara sont en effet très renommés pour leurs masques cimiers zoomorphes d'antilopes ou de gazelles.

Ce type de masque est porté par une société secrète dont ils portent le nom :
Ti Wara ou Tji Wara ou encore Ci-wara.

Ci Wara est la traduction phonétique de Ci (cultiver) et de Wara (Fauve).

Les officiants de la société Cy Wara portent ces masques dans au moins trois occasions annuelles :
- compétition agricole,
- réjouissance
- et fête annuelles.

Ils sortent par couple, l'un mâle, l'autre femelle, évoluant simultanément.

"L'une des fonctions premières de la société du Ci wara était de stimuler le travail à la houe. Par là même, elle permettait à l'homme de « manipuler » la force cosmique du soleil afin de féconder la terre.
De véritables compétitions agricoles avaient lieu pendant lesquelles les manieurs de houes devaient réussir un concours de vitesse dans l'aire impartie.

Les masques-antilopes dansaient par couple; la femelle, souvent reconnaissable au petit porté sur le dos.
Tous ces verbes employés à l'imparfait car le Ci-wara connut un réel déclin dû à plusieurs facteurs :
- l 'exode saisonnier des jeunes,
- la progression de l'Islam
- mais aussi la progression d'autres techniques de cultures (charrue attelée)
."
Avec l'aimable authorisation de reproduction de Détours des mondes.

Le Ci Wara a aussi pour autre compétence moins connue, la prévention ou le soins des morsures de serpents...
La fête annuelle du Ci-Wara est toujours précédée d'une chasse aux serpents (prise des serpents vivants et exhibition au public par les danseurs).

Stylistiquement, de grandes variations existent.
Représentations verticales, voire horizontales. Certains sont mêmes composés de plusieurs morceaux assemblés avec des agrafes de métal car il n'est pas toujours aisé pour le sculpteur de trouver la pièce de bois suffisament grande pour sa réalisation.

D'autres vont représenter l'animal avec un petit faon sur le dos, toujours dans une optique de fertilité.

Mais les grandes constantes de réalisation sont un dessin très stylisé de l'animal, avec de nombreux motifs décoratifs gravés (poinçons, stries) et vont toujours représenter la course du soleil (partie dorsale).

La tête est toujours allongée et se termine par le prolongement arrière de deux longues cornes.


Masque typique de cette ethnie. Les sculpteurs (forgerons) Bambara sont en effet très renommés pour leurs masques cimiers zoomorphes d'antilopes ou de gazelles.Arts primitifs et masques Africains

Ce type de masque est porté par une société secrète dont ils portent le nom : Ti Wara ou Tji Wara ou encore Ci-wara.

Ci Wara est la traduction phonétique de Ci (cultiver) et de Wara (Fauve).

Les officiants de la société Cy Wara portent ces masques à trois occasions annuelles au moins : 
- compétition agricole
- réjouissance 
- et fête annuelles

Ils sortent par couple, l'un mâle, l'autre femelle, évoluant simultanément.

"L'une des fonctions premières de la société du Ci wara était de stimuler le travail à la houe. Par là même, elle permettait à l'homme de « manipuler » la force cosmique du soleil afin de féconder la terre.
De véritables compétitions agricoles avaient lieu pendant lesquelles les manieurs de houes devaient réussir un concours de vitesse dans l'aire impartie.

Les masques-antilopes dansaient par couple ; la femelle, souvent reconnaissable au petit porté sur le dos.
Tous ces verbes employés à l'imparfait car le Ci-wara connut un réel décli, dû à plusieurs facteurs : 
- l 'exode saisonnier des jeunes 
- la progression de l'Islam 
- mais aussi la progression d'autres techniques de cultures (charrue attelée)
."
Avec l'aimable autorisation de reproduction de Détours des mondes.

Le Ci Wara a aussi pour autre compétence moins connue, la prévention ou le soin des morsures de serpents.
La fête annuelle du Ci-Wara est toujours précédée d'une chasse aux serpents (prise des serpents vivants et exhibition au public par les danseurs).

Stylistiquement, de grandes variations existent. 
Représentations verticales, voire horizontales. Certains sont mêmes composés de plusieurs morceaux assemblés avec des agrafes de métal car il n'est pas toujours aisé pour le sculpteur de trouver la pièce de bois suffisament grande pour sa réalisation.

D'autres vont représenter l'animal avec un petit faon sur le dos, toujours dans une optique de fertilité.

Mais les grandes constantes de réalisation sont un dessin très stylisé de l'animal, avec de nombreux motifs décoratifs gravés (poinçons, stries) et vont toujours représenter la course du soleil (partie dorsale).

La tête est toujours allongée et se termine par le prolongement arrière de deux longues cornes.

Belle gazelle femelle, dans son jus, traces d'usage, patine mate, fentes anciennes et quelques restaurations à revoir, d'où un prix très raisonnable pour cette très belle pièce.

Fiche technique

Ethnie
Bambara / Bamana
Zone de collecte
Mali, Bamako
Ancienneté présumée
entre 1960 et 1970
Aspect de surface
d'usage
Etat apparent
très bon état
Etat de conservation
dans son jus
Appartenance
collecte in situ
Test laboratoire
non testé
Hauteur, en cm
120
Poids, en grammes
840
Socle
non

Pour découvrir cette ethnie, et d'autres objets de cette ethnie, cliquez sur son nom !

Ethnie Bambara / Bamana présent majoritairement dans la région de Ségou

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

livre Parures de tète ethniques

Parures de tète ethniques

D'Afrique, d'Asie, d'Océanie et d'Amérique de la collection Ghysels

  • Auteur : Anne Van Cutsem
  • Auteur : Skira

Les ornements de têtes sont le thème du dernier volume consacré à la somptueuse collection Ghysels de bijoux ethniques.
Partie la plus précieuse du corps qu'elle domine, la tête attire tous les regards. Parfois...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Parures de tête ethniques : D'Afrique, d'Asie, d'Océanie et d'Amérique de la collection Ghysels
livre Le trésor du Marahoué

Le trésor du Marahoué

  • Auteur : G. Niangoran-Bouah
  • Auteur : Edilis

La bible sur les pierres anciennes de Gohitafla en Côte d'ivoire.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Tresor du Marahoue (le)
livre Arts d'Afrique et d'Océanie

Arts d'Afrique et d'Océanie

Fleurons du musée Barbier-Mueller

  • Auteur : Laurence Mattet, Anne d' Alleva, Viviane Baeke, Je
  • Auteur : Hazan

Le musée Barbier-Mueller, riche de la plus importante collection d'art des cultures non occidentales en mains privées, célèbre à Genève ses trente ans d'activité. Cette publication accompagne l'exposition...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Arts d'Afrique et d'Océanie : Fleurons du musée Barbier-Mueller
livre Objets Interdits

Objets Interdits

  • Auteur : Christiane Falgayrettes-Leveau, Adams Jones Olfert
  • Auteur : Dapper

Un des touts premiers Dapper...Avec une reproduction partielle de l'ouvrage de Adams Jones Olfert DAPPER : Description de l'Afrique, à partir de son édition de 1686

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Objets interdits
livre Refaire l'histoire

Refaire l'histoire

Les collectionneurs africains et le canon de l'art africain

  • Auteur : Sylvester Okwunodu Ogbechie
  • Auteur : 5 continents

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Refaire l'histoire : Les collectionneurs africains et le canon de l'art africain
livre Art ancestral du Gabon

Art ancestral du Gabon

Expo Barbier Mueller

  • Auteur : Louis Perrois
  • Auteur : Nathan

Splendide ouvrage abondament illustré et commenté. Mais devenu très rare.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

ART ANCESTRAL DU GABON DANS LES COLLECTIONS DU MUSÉE BARBIER-MUELLER
Voir tous les livres