Rechercher des objets d'art africain

Galeries

Ethnie

Familles

Sous-familles

Matière

Datation estimée

Recherche avancée

Test laboratoire

Appartenance

Ventes caritatives

Forum Toguna

Les derniers messages du forum :

  • Re : Bambara mal baré ! Tu as mal interprété mon propos , je respecte totalement ton avis , et suis d'accord avec toi , Roudillon est un homme .... donc imparfait et je voulais juste faire un rapprochement avec la culture Africaine sur le respect des anciens , car j'aime cett...
  • Re : Bambara mal baré ! Fricotin, je respecte les anciens , mais je ne crois pas à l'infabilité, ni du pape ni de M. Roudillon, tout en reconnaissant son experience. Je ne suis pas specialiste ni des senoufo ni des bamana mais, dans ce forum, je me permets de dire mon opinion...
  • Re : Petit E.T. Bonjour François, J'ai fait un petit sondage auprès de mes camarades indonésiens et, d'après eux, cet objet pourrait être de l'île de Lombok (dont les Sasaks sont le principal groupe culturel). Autrement dit, la pierre de ton E.T. vient peut-être du tr...
  • Re : trous fixation rectangulaire Les trous carré existe en Afrique et pas seulement sur les masques. Plus souvent sur des objets.
  • Re : Bambara mal baré ! Bamana de sikasso. pas Sénoufo;

Le mot “ivoire” s’applique traditionnellement aux seules défenses d’éléphants. Toutefois, la structure chimique des dents et des défenses des mammifères est la même, quelle que soit l’espèce; le commerce de certaines dents et défenses autres que celles de l’éléphant est bien établi et largement répandu. L’utilisation du terme “ivoire” est donc correcte dans de cas d’une dent ou d’une défense de mammifère présentant un intérêt commercial et de taille suffisante pour être sculptée ou transformée en petits objets gravés ou légèrement sculptés. 

Les dents et les défenses ont les mêmes origines. Les dents sont des structures spécialisées adaptées à la
mastication. Les défenses sont des dents de très grande taille faisant saillie hors des lèvres; elles se sont
modifiées au cours de l’évolution, et confèrent un avantage à certaines espèces. Les dents de la plupart des mammifères consistent en la racine, le collet et la couronne. La défense se compose de la racine et de la  défense proprement dite.

Les défenses et les dents ont les mêmes structures physiques : cavité pulpaire, dentine, cément, et
émail. La partie centrale est la cavité pulpaire, espace vide dans la dent délimité par la pulpe.
Les ondontoblastes tapissent la cavité pulpaire; ce sont les cellules productrices de dentine. La dentine, dont sont essentiellement constitués les objets d’ivoire sculptés, forme une couche d’une épaisseur égale autour de la cavité pulpaire et constitue le gros de la dent ou de la défense.

C’est un tissu conjonctif minéralisé dont la trame organique est composée de protéines collagènes. L’élément inorganique de la dentine se compose d’hydroxyapatite CA10 (PO4)6 (CO3) H2O. La dentine contient des structures microscopiques, les canalicules ; ce sont des micro-canaux qui rayonnent vers l’extérieur à travers la dentine, de la cavité pulpaire au bord externe du cément. Ces canaux présentent différentes configurations selon les ivoires, et leur diamètre va de 0,8 à 2,2 microns. Leur longueur dépend du rayon de la défense.

La configuration tridi-mensionnelle des canalicules de dentine est déterminée génétiquement ; c’est donc une des caractéristiques de l’ordre. A l’extérieur de la dentine se trouve la couche de cément. Elle enrobe la dentine de la racine des dents et des défenses. Le cément a pour principale fonction de faire adhérer la racine aux mâchoires supérieure. Des stries d’accroissement son fréquentes au niveau du cément.
L’émail – le tissu animal le plus dur – couvre la surface de la dent et de la défense qui a l’usure la plus forte : la couronne. Les adamantoblastes produisent l’émail et disparaissent à la fin du processus.

L’émail présente une structure prismatique, les prismes état disposés perpendiculairement à la couronne. La configuration prismatique de l’émail peut avoir une importance tant sur le plan de la taxonomie que de l’évolution. Les dents et les défenses peuvent être sculptées en une variété quasiment infinie de formes et d’objets. On peut citer l’exemple de statuettes et autres objets, de bijoux, de manches de couverts, de pièces de marqueterie, de touches de pianos.

En outre, les défenses de phacochères, et les dents de cachalots, d’orques la forme originale, comme objets morphologiquement reconnaissables.


L’ivoire et ses substituts peuvent être identifiés sur la base de leurs caractéristiques de classification physiques et chimiques. La démarche adoptée pour l’identification de l’ivoire se fonde sur les caractéristiques physiques macroscopiques et microscopiques et sur des tests chimiques simples utilisant la lumière ultraviolette. 

Texte de Edgard O. Espinoza et Mary-Jacque Mann 

Publié originellement par le Fond mondial pour la nature et The Conservation Foundation en 1991