format_quote Le sel et la femme ont les mêmes qualités. Si tu ne sais pas les utiliser à bon escient, tu gâches ta sauce et ta vie format_quote
225,00 €
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Labret en bois et metal - Dinka / Pokot - Soudan / Ethiopie

Quelques textes rares sur l'utilisation et la mise en oeuvre des labrets, in situ...
Extrait de "Les guerriers nus" de Christian Bader , chez Payot.

...
Les Chai et les Tirma en connaissent, quant à eux, plusieurs variétés :
le triangle de bois en bec de canard, appelé burgwi, dont le côté le plus long peut atteindre une vingtaine de centimètres, est semble-t-il le plus ancien.
Les labrets de terre cuite, de couleur brique ou noire, appelés dhébé sont aujourd’hui plus répandus.
Les dhébé sont le plus souvent circulaires (ils peuvent dans ce cas atteindre un diamètre de dix-huit centimètres), plus rarement de forme ellipsoïdale, et parfois ajourés de manière à ressembler à des anneaux.
Le labret, qui a pour effet dans les cas extrêmes de déformer complètement le bas du visage de celle qui le porte et rend difficile l’élocution, a donc un but essentiellement, voire exclusivement, esthétique. Il est la principale marque identitaire des Surma.

Le percement de la lèvre (tugo dugundo) intervient lors d’une cérémonie organisée au mois isaabai, le septième du calendrier chai (avril-mai), lorsque la jeune fille a atteint l’âge de la puberté.
Dans un article publié en 1939, l’Italien Marco Marchetti précisait que le percement de la lèvre était accompagné par une coutume encore plus étrange :
le percement de l’hymen.

J’avoue que je n’ai pas cherché à savoir si cette coutume était, si tant est qu’elle ait jamais été pratiquée, encore en usage.
Toujours est-il que le tugo dugundo est précédé par une opération assez douloureuse appelée nigya bukto, au cours de laquelle les incisives inférieures de la jeune fille sont brisées.
Bien qu’ils ignorent le port des labrets, d’autres peuples de la région pratiquent également cette opération, dont le sens rituel peut varier mais qui semble avoir essentiellement pour objet de pratiquer dans la denture de l’enfant une brèche qui lui permettra d être nourri en cas de tétanos, maladie qui provoque comme on le sait une contraction des muscles masticateurs.

Pendant plusieurs jours, on a consciencieusement frotté de beurre la lèvre inférieure de la patiente, afin de ramollir les chairs.
Puis, le jour venu, l ’expert chargé de l’opération perce la lèvre à l’aide d’une pointe de fer rougie au feu.
La plaie est enduite de beurre afin de hâter la cicatrisation ; on y insère un petit morceau de bois afin d’éviter que les chairs, en se reconstituant, n’obstruent l’orifice ainsi pratiqué. Si aucune infection ne survient, l’opération est considérée comme réussie et, sitôt la cicatrisation achevée, on introduit dans la lèvre des bouchons de bois de plus en plus grands, puis un petit labret.
Si l’élasticité des chairs le permet, ce qui n’est pas toujours le cas, on insère dans l'orifice des labrets de plus en plus grands.
En quelques semaines à peine, la jeune femme, dont la lèvre se sera distendue au fur et à mesure, portera avec fierté le labret le plus grand dont elle pourra jamais se parer.

 

On porte le labret en public, en prenant soin de le maintenir à l’horizontale à l'aide des incisives supérieures.
On s’en débarrasse pour dormir, pour manger, pour voyager ou pour travailler.
Plus le labret est grand, plus la jeune fille est considérée comme belle, et plus élevée sera sa valeur ; il ne faudra ainsi pas moins de vingt bêtes pour convoler en justes noces avec la propriétaire d’un ornement particulièrement volumineux.

La rupture de la lèvre est un incident rare, qui aurait pour effet de priver la femme de son principal atout de séduction.
En cas de deuil, la femme doit ôter son labret et attendre de la famille du défunt la permission de s’en parer à nouveau.
Peu soucieuses de plaire, les vieilles femmes, dont les lèvres ont perdu leur élasticité, ne portent plus le labret et se contentent de replier leurs lèvres pour éviter qu’elles ne pendillent, de sorte que la mutilation ne se remarque presque plus. Enfin, à ceux qui s’interrogent sur la place du labret lors des échanges amoureux, on précisera que les Surma ignorent évidemment, comme d ailleurs tous leurs voisins, la pratique du baiser..

Le texte ci dessus est reproduit d'un livre de voyage très complet, écrit par Christian Bader, "Les Guerriers Nus".
Nous le remercions de nous avoir permis de recopier une si grande partie de son ouvrage
Arts primitifs et masques Africains

Labret en bois donné comme étant Dinka.

A vérifier, nous pensons plutôt Pokot...

Le modère est rare, peu diffusé, lanière de cuir au centre...

Fiche technique

Ethnie
Pokot
Pays d'origine
Kenya
Zone de collecte
Kenya, Nairobi
Ancienneté présumée
entre 1960 et 1970
Matière principale
bois
Aspect de surface
d'usage
Etat apparent
très bon état
Etat de conservation
dans son jus
Appartenance
collecte in situ
Test laboratoire
non testé
Hauteur, en cm
6
Poids, en grammes
70
Socle
non

Pour découvrir cette ethnie, et d'autres objets de cette ethnie, cliquez sur son nom !

Ethnie Pokot / Suk présent majoritairement dans la région de Baringo

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

Arts d'Afrique

  • Auteur : Christiane Falgayrettes-Leveau, Marianne Cornevin,
  • Auteur : Dapper

Les grandes civilisations de l'Afrique subsaharienne sont abordées à travers les œuvres d'une qualité plastique exceptionnelle.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Arts d'Afrique

Dogon

mais encore...

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Somogy

L'image du continent africain s'est façonnée sur un sentiment alliant méfiance et fascination, qui prévaut encore lorsque l'ethnologue Marcel Griaule part pour là mission Niger-Lac Iro en 1938-1939. Des objets sont...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Dogon, mais encore... Objets d'Afrique, collection d'Europe

Art, magie et médecine en Afrique Noire

exposition de septembre et octobre 2008

  • Auteur : Alain Lecomte, Raoul Lehuard
  • Auteur : Gallerie Alain Lecomte

Catalogue de l'expo, pièces peu courantes.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Fatal Beauty : Traditional weapons of Central Africa

Ciwara

Chimères Africaines

  • Auteur : Jean-Paul Colleyn, Lorenz Homberger
  • Auteur : 5 Continents

Publié à l'occasion d'une des expositions inaugurales du musée du quai Branly, ce catalogue abondamment illustré retrace les grandes lignes de l'histoire de ces masques fameux, depuis leur condition d'être composite,...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Ciwara : Chimères africaines

Bagues ethniques

D'Afrique, d'Asie, d'Océanie et d'Amérique de la collection Ghysels

  • Auteur : Anne Van Cutsem
  • Auteur : Skira

Quarante ans de recherches passionnées et fructueuses ont permis aux Ghysels, guidés avant tout par l'authenticité et l'esthétisme, d'assembler un trésor qu'ils nous font partager.
De bague en bague, nous...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Bagues ethniques d'Afrique, d'Asie, et d'Amérique.

L'oiseau dans l'art de l'Afrique de l'Ouest

  • Auteur : G. Massa, Francine Ndiaye
  • Auteur : Sepia

Masques, cannes de divination, bronzes royaux, sabres, marionnettes, sièges, serrures, pesons, bracelets, bagues et pendentifs, l'oiseau se décline sur de multiples supports en Afrique.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

L'oiseau dans l'art de l'Afrique de l'Ouest
Voir tous les livres