Objet vendu !

1 080,00 €
format_quote Lorsque le margouillat veut se coudre un pantalon cela suppose qu'il sait où il mettra sa queue format_quote

Squelette Commemoratif Janiforme - Tiv - Nigeria

Très difficile de trouver l'origine et l'usage précis de ces statues squelettes.

Certaines servent de support à des crânes d'ancêtres, telle celle de notre photo plus bas, d'autres ont des membres fixes, voir articulés...

Les références à cet art funéraire sont quasi inexistantes sauf au MDV de Schwaz en Autriche, 3 vitrines d'objets collectés par Gert Chesi, identifiés Jukun et Ibo.

Nous avons donc commandité un reportage "à la source" de ces sculptures étranges, dans l’Etat de Taraba au Nigeria, villages de Hukari, Bantaje et autres...

 

Voici ce qu'il en ressort :

Les Tiv, Jukun, Chamba et Mumuye sont des ethnies géographiquement proches les unes des autres. Gravitent aussi autour de ces ethnies connues et reconnues de petites ethnies minoritaires qui sont géographiquement situées dans l'état de Taraba, capitale Jalingo.

Avant l’arrivée des colons européens, les Tiv étaits reconnus pour être aimer travailler la terre, avec une propension à étendre leurs territoires cultivables jusqu’à en dépasser les limites imparties.

Ils finirent par empiéter sur les terres de leurs voisins les Jukun, créant ainsi de fortes tensions.

Au départ une conciliation heureuse fut trouvée :  en échange d'une partie de leurs récoltes les Jukun acceptère la gêne causée.

Mais les années passant, les nouvelles générations Tiv décidèrent "d'oublier" cet arrangement. Leur surnombre numéraire a permis de généraliser la spoliation des Jukun sans plus de contrepartie.

Des affrontements virent le jour...

Une autre source affirme qu'en fait, la faute incombe aux Jukun qui ont un jour refusé de prendre leur part de céréales en exigeant la restitution des terres avant une saison de récoltes abondantes.

Ce fut le début d'une guerre tribale. Finalement les Jukun parvinrent à chasser les Tiv de leurs terres.

Mais les Tiv qui avaient enterré leur famille sur les terres Jukun, ne pouvaient plus en rapatrier les restes. Ils ont essayé de négocier pour avoir le droit d'honorer leurs morts sur les terres Jukun, mais ces derniers ne voulaient plus voir de Tiv sur leurs terres, même pour organiser des cérémonies commémoratives mortuaires.

Des rumeurs insinuaient que les Jukun profanaient les tombes de leurs parents.

Désespérés, les Tiv consultèrent les sages et les divins. Tous se sont réunis et ont eu en rêve la révélation et solution.

Les esprits leurs ont dit que leurs parents enterrés là-bas se plaignaient d’être abandonnés chez leurs ennemis et qu'au fond de leur tombeau, ils étaient fâchés contre leurs descendants.

Par coïncidence, les récoltes de cette année-là furent très mauvaises en raison d'un début de sécheresse, ce qui était très inhabituel.

Alors ils ont pris au sérieux les signes en s'attendant au pire.

Le peuple Tiv consulta à nouveau les sages et les devins pour leur demander conseil sur ce qu’il fallait faire pour atténuer la colère de leurs parents.

Après un autre rêve, les devins ont ordonné à tout le peuple Tiv  de fabriquer chacun un cercueil et un squelette en miniature. On l'enterrerait chez soi après avoir fait les rites que l’on faisait aux morts et on organisa une grande cérémonie funéraire à la grande place du marché d’alors.

Voila comment l’idée des statues squelettes est née chez les Tiv.

Et au fur et à mesure que les temps passaient, ils commencèrent à sculpter des squelettes de plus en plus grands. Chaque époque avait à peu près sa taille. Aujourd’hui la taille a une signification et veut dire que l’homme est né (petit squelette), l’homme a grandi (taille moyenne) puis l’homme a vécu (grande taille).

Voici retranscrite l'histoire de ces statues telle qu'elle a été recueillie en 2012. Les cercueils se dégradent, mais les statues finissent par être revendues.

D'autres objets servent de support tel un siège caryatide, aux crâne des ancêtres.

Il est possible que ce culte ait débordé sur les Ibo qui ont aussi des artefacts stylistiquement proches.

Arts primitifs et masques Africains

Grande (88 cm) statue commémorative en bois i dur... peinture écaillée, libations..

 

Fiche technique

Ethnie
Tiv
Pays d'origine
Nigeria
Zone de collecte
Nigeria, Abuja
Ancienneté présumée
entre 1970 et 1980
Matière principale
bois polychrome
Aspect de surface
libatoire
Etat apparent
excellent, muséal
Etat de conservation
dans son jus
Appartenance
collecte in situ
Hauteur, en cm
88
Poids, en grammes
3910
Socle
non

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

Les sculptures miniatures du Zaire

  • Auteur : François Neyt
  • Auteur : Fred Jahn

Belle étude par Neyt des petites statues miniatures. Noir et blanc, nombreuses planches.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Infini congo

  • Auteur : Angelo Ne Turconi et François Neyt
  • Auteur : Silvana Editoriale

Guerriers, prêtres, forêts grandioses… tout le Congo réuni dans un livre à l’infinie beauté. Une invitation à découvrir un pays encore méconnu.
Durant plus de trente ans, le photographe...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Infini Congo, au rythme de la nature et des peuples : Edition français-anglais

Yoruba

Nine centuries of african art and thought

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Abrams

The stunning catalogue of a traveling exhibition, this volume serves as a window onto a world where "character is beauty," where rebirth occurs continuously and where spirits, gods and the life force are all-pervasive.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Fang

Visions d'Afrique

  • Auteur : Louis Perrois
  • Auteur : 5 Continents

Rédigé par Perrois, un ouvrage qui a une bonne tenue, forcément !

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Fang

Catalogue de vente

Moso Dembati

  • Auteur : Moso Dembati
  • Auteur : Moso Dembati

Très belles pièces.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Dieux d'Afrique

Culte des Orishas et Vodouns à  l'ancienne cote des esclaves en Afrique et à  Bahia, la baie de tous les saints au Brésil

  • Auteur : Pierre Fatumbi Verger
  • Auteur : Paul Hartmann

Ouvrage première édition devenu très rare, 160 photos de l'auteur, noir et blanc et couleur. Ouvrage dédicacé par l'auteur.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

The perfect form. On the track of african tribal currency