format_quote On ne chasse pas la mouche en faisant du bruit format_quote
550,00 €
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Crâne d'autel funéraire - Tiv - Nigeria

Très difficile de trouver l'origine et l'usage précis de ces statues squelettes.

Certaines servent de support à des crânes d'ancêtres, telle celle de notre photo plus bas, d'autres ont des membres fixes, voir articulés...

Les références à cet art funéraire sont quasi inexistantes sauf au MDV de Schwaz en Autriche, 3 vitrines d'objets collectés par Gert Chesi, identifiés Jukun et Ibo.

Nous avons donc commandité un reportage "à la source" de ces sculptures étranges, dans l’Etat de Taraba au Nigeria, villages de Hukari, Bantaje et autres...

 

Voici ce qu'il en ressort :

Les Tiv, Jukun, Chamba et Mumuye sont des ethnies géographiquement proches les unes des autres. Gravitent aussi autour de ces ethnies connues et reconnues de petites ethnies minoritaires qui sont géographiquement situées dans l'état de Taraba, capitale Jalingo.

Avant l’arrivée des colons européens, les Tiv étaits reconnus pour être aimer travailler la terre, avec une propension à étendre leurs territoires cultivables jusqu’à en dépasser les limites imparties.

Ils finirent par empiéter sur les terres de leurs voisins les Jukun, créant ainsi de fortes tensions.

Au départ une conciliation heureuse fut trouvée :  en échange d'une partie de leurs récoltes les Jukun acceptère la gêne causée.

Mais les années passant, les nouvelles générations Tiv décidèrent "d'oublier" cet arrangement. Leur surnombre numéraire a permis de généraliser la spoliation des Jukun sans plus de contrepartie.

Des affrontements virent le jour...

Une autre source affirme qu'en fait, la faute incombe aux Jukun qui ont un jour refusé de prendre leur part de céréales en exigeant la restitution des terres avant une saison de récoltes abondantes.

Ce fut le début d'une guerre tribale. Finalement les Jukun parvinrent à chasser les Tiv de leurs terres.

Mais les Tiv qui avaient enterré leur famille sur les terres Jukun, ne pouvaient plus en rapatrier les restes. Ils ont essayé de négocier pour avoir le droit d'honorer leurs morts sur les terres Jukun, mais ces derniers ne voulaient plus voir de Tiv sur leurs terres, même pour organiser des cérémonies commémoratives mortuaires.

Des rumeurs insinuaient que les Jukun profanaient les tombes de leurs parents.

Désespérés, les Tiv consultèrent les sages et les divins. Tous se sont réunis et ont eu en rêve la révélation et solution.

Les esprits leurs ont dit que leurs parents enterrés là-bas se plaignaient d’être abandonnés chez leurs ennemis et qu'au fond de leur tombeau, ils étaient fâchés contre leurs descendants.

Par coïncidence, les récoltes de cette année-là furent très mauvaises en raison d'un début de sécheresse, ce qui était très inhabituel.

Alors ils ont pris au sérieux les signes en s'attendant au pire.

Le peuple Tiv consulta à nouveau les sages et les devins pour leur demander conseil sur ce qu’il fallait faire pour atténuer la colère de leurs parents.

Après un autre rêve, les devins ont ordonné à tout le peuple Tiv  de fabriquer chacun un cercueil et un squelette en miniature. On l'enterrerait chez soi après avoir fait les rites que l’on faisait aux morts et on organisa une grande cérémonie funéraire à la grande place du marché d’alors.

Voila comment l’idée des statues squelettes est née chez les Tiv.

Et au fur et à mesure que les temps passaient, ils commencèrent à sculpter des squelettes de plus en plus grands. Chaque époque avait à peu près sa taille. Aujourd’hui la taille a une signification et veut dire que l’homme est né (petit squelette), l’homme a grandi (taille moyenne) puis l’homme a vécu (grande taille).

Voici retranscrite l'histoire de ces statues telle qu'elle a été recueillie en 2012. Les cercueils se dégradent, mais les statues finissent par être revendues.

D'autres objets servent de support tel un siège caryatide, aux crâne des ancêtres.

Il est possible que ce culte ait débordé sur les Ibo qui ont aussi des artefacts stylistiquement proches.

Arts primitifs et masques Africains

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, les autels dédiés aux ancêtres comportent un crâne humain, soit réel, soit figuré, comme dans le cas de ce masque en bois qui vient remplacer les ossements réels.

On y retrouve de nombreuses coulures libatoires constituées de bière et sang séchés.

En bois lourd, dense et de grande taille.

Fiche technique

Ethnie
Tiv
Pays d'origine
Nigeria
Zone de collecte
Nigeria, Abuja
Ancienneté présumée
entre 1970 et 1980
Matière principale
bois
Aspect de surface
libatoire
Etat apparent
excellent, muséal
Etat de conservation
dans son jus
Appartenance
collecte in situ
Hauteur, en cm
12
Poids, en grammes
426
Socle
non

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

Vigango

Commemorative Sculpture of the Mijikenda of Kenya

  • Auteur : Ernie Wolf III
  • Auteur : Williams College Museum of Art

Livre monographique sur les poteaux funéraires Giriama, dédicacé par l'auteur.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Vigango: The Commemorative Sculpture of the Mijikenda of Kenya

L'art d'être un homme

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Editions Dapper

Le catalogue de l'expo éponyme. En Afrique, de même qu’en Océanie, les hommes apparaissent rarement sans ornement. Exhibés au quotidien ou lors de cultes, les bijoux et les emblèmes témoignent d’expériences vécues, notamment lors des rites d’initiation qui...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

L'Art d'être un homme : Afrique, Océanie

Femmes

  • Auteur : Falgayrettes-Leveau, Marc Etienne, Jean-Paul Coll
  • Auteur : Dapper

Comment les femmes apparaissent-elles dans les arts de l’Afrique ?
Réservés aux cultes ou utilisés au quotidien, les objets sont réalisés, en général, par les hommes et pour des pratiques dont ils ont la...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Femmes dans les arts d'Afrique

Bronzes Gan

La spirale du serpent

  • Auteur : Maine Durieu, Bertrand Goy
  • Auteur : Sepia

Pendentifs, cloches, chevillières, entre autres objets... Une centaine de bronzes gan aux qualités exceptionnelles nous font découvrir certaines des traditions ancestrales de ce peuple du Burkina Faso.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Bronzes gan : La spirale du serpent de Maine Durieu (18 mai 2005) Broché

Objets signes d'Afrique

  • Auteur : Luc de Heusch
  • Auteur : Snoeck-Ducaju & &Zoon

Textes réunis par Luc de Heusch à l'occasion de l'exposition "Trésors cachés" au Musée royal de l'Afrique centrale Tervuren.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Objets-Signes d’Afrique [par : Heusch (Luc de)], Snoeck-ducaju ; Zoon, 1985

The Horse Rider in African Art

  • Auteur : George Chemeche
  • Auteur : Antique Collector Club

Un beau livre richement illustré sur les cavaliers dans l'art Africain. Des textes de fond un peut "courts" à notre goût mais de belles images.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

The horse rider in african art : Anglais
Voir tous les livres