Crâne d'autel funéraire - Tiv - Nigeria

  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria
  • Crâne blond - Tiv - Nigeria

La sélection du mois

Disponibilité : En stock

Ce n'est pas celui qui a faim qui mange, mais celui qui a la nourriture ...

550 €

Crâne d'autel funéraire - Tiv - Nigeria

Ces objets se substituent aux crânes humains posés sur les autels famillaux.

Les Tiv, Jukun, Chamba et Mumuye sont des ethnies géographiquement proches les unes des autres. Gravitent aussi autour de ces ethnies connues et reconnues de petites ethnies minoritaires qui sont géographiquement situées dans l'état de Taraba, capitale Jalingo.

Avant l’arrivée des colons européens, les Tiv étaits reconnus pour être aimer travailler la terre, avec une propension à étendre leurs territoires cultivables jusqu’à en dépasser les limites imparties.

Ils finirent par empiéter sur les terres de leurs voisins les Jukun, créant ainsi de fortes tensions.

En savoir plus ...

Très difficile de trouver l'origine et l'usage précis de ces statues squelettes.

Certaines servent de support à des crânes d'ancêtres, telle celle de notre photo plus bas, d'autres ont des membres fixes, voir articulés...

Les références à cet art funéraire sont quasi inexistantes sauf au MDV de Schwaz en Autriche, 3 vitrines d'objets collectés par Gert Chesi, identifiés Jukun et Ibo.

Nous avons donc commandité un reportage "à la source" de ces sculptures étranges, dans l’Etat de Taraba au Nigeria, villages de Hukari, Bantaje et autres...

 

Voici ce qu'il en ressort :

Les Tiv, Jukun, Chamba et Mumuye sont des ethnies géographiquement proches les unes des autres. Gravitent aussi autour de ces ethnies connues et reconnues de petites ethnies minoritaires qui sont géographiquement situées dans l'état de Taraba, capitale Jalingo.

Avant l’arrivée des colons européens, les Tiv étaits reconnus pour être aimer travailler la terre, avec une propension à étendre leurs territoires cultivables jusqu’à en dépasser les limites imparties.

Ils finirent par empiéter sur les terres de leurs voisins les Jukun, créant ainsi de fortes tensions.

Au départ une conciliation heureuse fut trouvée :  en échange d'une partie de leurs récoltes les Jukun acceptère la gêne causée.

Mais les années passant, les nouvelles générations Tiv décidèrent "d'oublier" cet arrangement. Leur surnombre numéraire a permis de généraliser la spoliation des Jukun sans plus de contrepartie.

Des affrontements virent le jour...

Une autre source affirme qu'en fait, la faute incombe aux Jukun qui ont un jour refusé de prendre leur part de céréales en exigeant la restitution des terres avant une saison de récoltes abondantes.

Ce fut le début d'une guerre tribale. Finalement les Jukun parvinrent à chasser les Tiv de leurs terres.

Mais les Tiv qui avaient enterré leur famille sur les terres Jukun, ne pouvaient plus en rapatrier les restes. Ils ont essayé de négocier pour avoir le droit d'honorer leurs morts sur les terres Jukun, mais ces derniers ne voulaient plus voir de Tiv sur leurs terres, même pour organiser des cérémonies commémoratives mortuaires.

Des rumeurs insinuaient que les Jukun profanaient les tombes de leurs parents.

Désespérés, les Tiv consultèrent les sages et les divins. Tous se sont réunis et ont eu en rêve la révélation et solution.

Les esprits leurs ont dit que leurs parents enterrés là-bas se plaignaient d’être abandonnés chez leurs ennemis et qu'au fond de leur tombeau, ils étaient fâchés contre leurs descendants.

Par coïncidence, les récoltes de cette année-là furent très mauvaises en raison d'un début de sécheresse, ce qui était très inhabituel.

Alors ils ont pris au sérieux les signes en s'attendant au pire.

Le peuple Tiv consulta à nouveau les sages et les devins pour leur demander conseil sur ce qu’il fallait faire pour atténuer la colère de leurs parents.

Après un autre rêve, les devins ont ordonné à tout le peuple Tiv  de fabriquer chacun un cercueil et un squelette en miniature. On l'enterrerait chez soi après avoir fait les rites que l’on faisait aux morts et on organisa une grande cérémonie funéraire à la grande place du marché d’alors.

Voila comment l’idée des statues squelettes est née chez les Tiv.

Et au fur et à mesure que les temps passaient, ils commencèrent à sculpter des squelettes de plus en plus grands. Chaque époque avait à peu près sa taille. Aujourd’hui la taille a une signification et veut dire que l’homme est né (petit squelette), l’homme a grandi (taille moyenne) puis l’homme a vécu (grande taille).

Voici retranscrite l'histoire de ces statues telle qu'elle a été recueillie en 2012. Les cercueils se dégradent, mais les statues finissent par être revendues.

D'autres objets servent de support tel un siège caryatide, aux crâne des ancêtres.

Il est possible que ce culte ait débordé sur les Ibo qui ont aussi des artefacts stylistiquement proches.

Arts primitifs et masques Africains

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, les autels dédiés aux ancêtres comportent un crâne humain, soit réel, soit figuré, comme dans le cas de ce masque en bois qui vient remplacer les ossements réels.

On y retrouve de nombreuses coulures libatoires constituées de bière et sang séchés.

En bois lourd, dense et de grande taille.

Caractéristiques

  •    Ethnie : Tiv
  •    Pays d'origine : Nigeria
  •    Zone de collecte : Nigeria, Abuja
  •    Ancienneté présumée : entre 1970 et 1980
  •    Matière principale : bois
  •    Aspect de surface : libatoire
  •    Etat apparent : excellent, muséal
  •    Etat de conservation : dans son jus
  •    Appartenance : collecte in situ
  •    Hauteur, en cm : 12
  •    Poids, en grammes : 426
  •    Socle : non

Localisation

Pour découvrir cette ethnie, et d'autres objets de cette ethnie, cliquez sur son nom !
L'éthnie Tiv est présente dans le(s) pays suivant(s) :
   Liste des ethnies du pays Nigeria dont nous présentons un ou plusieurs objets :

Afo / Eloyi, Anang, Bariba, Bassangue / Bassa Nge, Bida - Région de, Bini / Edo, Boghom / Bokiyim, Boki / Bokyi, Boulou / Bulu, Bura, Cham / mwana, Chamba, Dourrou / Durru / Verre, Doyayo - Dowayo - Namji , Ebira - Igbira, Eket, Ekoi / Ejagham, Fali, Fulani, Ga'anda, Gbari / Gwari, Goemai, Haoussa / Hausa, Ibibio, Idoma, Igala, Igbo / Afikpo, Igbo / Ibo, Ijo / Ijaw / Izon, Isoko, Jarawa, Jos ( Plateau de ), Jukun / Takum, Kalabari, Karim / Choma, Katsina - Région de, Kirdi, Koro / Bakoro, Kotoko, Mada / Yidda, Mama / Kantana, Mambila, Marghi, Matakam / Kirdi, Minchika, Montol, Mumuye / Mumoye, Nagô / Anagô, Namji / Namchi, Nok - Région de, Nuppe / Nupe, Obolo Andonis, Ogoni / Ogboni, Oron, Owu / Owo, Sao, Sokoto ( Région de ), Tiv, Urhobo / Orubo, Vete, Wurkum / Kulung, Yoruba / Yorouba,

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

  • Fusions

    GB Fusions

    Masquerades and though style...
    Auteur(s) : Richard Fardon
    Editeur : Saffron
    Un des rares ouvrages sur l'art Mumuyé et voisins. Couverture cartonnée.

    Acheter le livre sur amazon

    Fusions/Masquerades and Thought Style East of the Niger-Benue Confluence, West Africa
  • A history of Art

    GB A history of Art

    in Africa
    Auteur(s) : Collectif
    Editeur : Prentice Hall
    Très bel ouvrage, complet, avec de nombreux textes de fond.

    Acheter le livre sur amazon

    A History of Art in Africa
  • La mort n'en saura rien

    FR La mort n'en saura rien

    Reliques d'Europe et d'Océanie
    Auteur(s) : Yves le Fur
    Editeur : Réunion des Musées Nationaux - MNAAO
    Ouvrage de référence sur le sujet... En rapprochant des « crânes parés et des crânes-reliquaires » provenant d’Océanie (Papouasie-Nouvelle Guinée, îles Salomon, Vanuatu…) et...

    Acheter le livre sur amazon

    LA MORT N'EN SAURA RIEN. Reliques d'Europe et d'Océanie, 12 octobre 1999 au 24 janvier 2000. Musée national des Arts d'Afrique et d'Océanie
  • Arts du Nigéria

    FR Arts du Nigéria

    Collection du MAAO
    Auteur(s) : Etienne Feau, Hélène Joubert
    Editeur : Réunion des Musées Nationaux - MNAAO
    Catalogue de l'exposition du 22 avril au 18 août 1997. Un ouvrage à avoir absolument.

    Acheter le livre sur amazon

    Les Arts du Nigeria
  • Naissance de l'art en Afrique Noire

    FR Naissance de l'art en...

    La Statuaire Nok au Nigeria
    Auteur(s) : Bernard de Grunne
    Editeur : Adam Biro
    Ouvrage abondament illustré de pièces Nok.

    Acheter le livre sur amazon

    NAISSANCE DE L'ART EN AFRIQUE NOIRE. La statuaire Nok au Nigéria
  • Les arts de la Benue

    FR Les arts de la Benue

    aux racines des traditions
    Auteur(s) : François Ney, A. Désirant
    Editeur : Hawaiian Agronomics
    Un ouvrage de référence à posséder absolument.

    Acheter le livre sur amazon

    LES ARTS DE LA BENUE, aux racines des traditions, Nigeria
  • Andolo

    FR Andolo

    L'art funéraire Sakalawa a...
    Auteur(s) : Sophie Goedefroit, Jacques Lombard
    Editeur : BIRO
    Ce livre est une histoire de la sculpture funéraire du XVIIe au XIXe siècles chez les Sakalava de la côte ouest de Madagascar. A travers une analyse détaillée et magnifiquement illustrée.

    Acheter le livre sur amazon

    Andolo : L'art funéraire Sakalava à Madagascar
  • Les rites de la mort

    FR Les rites de la mort


    Auteur(s) : Collectif, Jean Guiart
    Editeur : Muséum Histoire Naturelle Chaillot
    Livret de l'exposition de 1978 du Laboratoire d'ethnologie du muséum d'histoire naturelle de paris.
  • The Nok culture

    GB The Nok culture

    Art in Nigeria 2500 Years Ago
    Auteur(s) : Gert Chesi
    Editeur : Prestel
    In 1928 in central Nigeria tin miners uncovered clay shards which, when reconstructed, were found to be fragments of terracotta sculptures. The unique representations of human heads and other figures date from 500 BCE and are attributed to a culture known today as...

    Acheter le livre sur amazon

    The Nok Culture: Art in Nigeria 2500 Years Ago.

Abdoul KS.0