format_quote Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc... format_quote
950,00 €
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

Your Offer is accepted, please check your inbox.

  •     *Champs requis

Chargement

Reliquaire Bwiti en cuivre - Kota - Gabon

Les Kota ou Bakota (pluriel), ainsi que les Mahongwé vivent à l'est du Gabon, et sont réputés pour leurs reliquaires.

Initialement, les Kota avaient pour habitude de laisser leurs morts exposés aux éléments, dans la forêt.

Sous l'influence de tribus voisines, ils commencèrent à enterrer leurs chefs, puis à exhumer leurs ossements (principalement le crâne) pour les placer dans des boîtes en écorce ou des paniers appelé bwété, sur lesquels une statue était placée.

De ces boîtes ou paniers en osier rarement complets, nous connaissons surtout les sculptures qui les surmontaient, destinées à mettre en garde les forces de l'invisible susceptibles d'amoindrir le pouvoir surnaturel des reliques.

"De tels reliquaires étaient confiés à des chefs de clan qui les tenaient cachés, mettant parfois à contribution le pouvoir des reliques au profit du clan.
Lorsque des crises graves touchaient le village (un village regroupant plusieurs clans), les chefs rassemblaient leurs reliquaires afin d'effectuer des rites.
Ce culte était connu sous le nom de bwiti par les Mahongwé et leurs voisins, pour qui les gardiens constituaient les "visages" du bwété.
Chaque image avait son nom, ses pouvoirs spécifiques.
" Sources Musée Branly

Lors des grandes cérémonies du Bwiti (bwett, bwété, mbulu-ngulu ou mboy) du clan auxquelles ne participaient que les initiés, les reliquaires étaient sortis au grand jour.

"Le Bwiti est un rite initiatique originaire des populations Mitsogo et Gapinzi du Gabon central.
Sa date d'origine est indéterminée, mais remonte au-delà du XIXe siècle.

Le Bwiti est aujourd'hui largement répandu au Gabon, aussi bien parmi les populations du sud du pays que chez les Fang du Nord (diffusion autour de 1910 chez les fang), aussi bien en milieu rural qu'en milieu urbain.
A travers les Fang, le Bwiti s'est également diffusé en Guinée équatoriale et au sud Cameroun.

Le rite de passage du Bwiti est centré sur l'absorption par le néophyte des écorces des racines de l'arbuste appelé iboga ou eboga (Tabernanthe iboga).
Divers alcaloïdes présents dans cette plante (notamment l'ibogaïne) possèdent des propriétés psychodysleptiques de type hallucinogène. Pendant le rite de passage, l'aborption d'une dose massive d'iboga permet ainsi au néophyte d'obtenir des visions spectaculaires dont le récit aux initiateurs serviront à valider son initiation.

La branche originelle du rite initiatique parmi les mitsogo est appelée Bwiti Disumba.
Il s'agit d'un rite de passage pubertaire, strictement masculin. Le Bwiti Disumba s'appuie sur le culte des ancêtres, notamment à travers des reliquaires contenant les ossements des ascendants défunts.s

Le Bwiti Misoko constitue une branche initiatique dérivée et postérieure au Disumba. Le Bwiti Misoko possède une fonction avant tout thérapeutique (rite d'affliction): le néophyte choisit de se faire initier en cas d'infortune inexpliquée, dont on suspecte la plupart du temps qu'elle a été causée par un sorcier malveillant.
Les initiés du Bwiti Misoko sont appelés les nganga-a-Misoko, ou plus simplement nganga.
Ils ont une fonction de devins-guérisseurs. Contrairement au Bwiti Disumba des mitsogo et des gapinzi, le Bwiti Misoko accepte souvent (et de plus en plus) les femmes en son sein."
Sources wikipedia

Arts primitifs et masques Africains

Même si l'objet reste récent, la réalisation est très belle et soignée.

Fiche technique

Ethnie
Mahongwe / Hongwe
Pays d'origine
Gabon
Zone de collecte
Gabon, Libreville
Ancienneté présumée
entre 1990 et 2000
Matière principale
cuivre jaune
Appartenance
collecte in situ
Hauteur, en cm
58
Poids, en grammes
1500
Socle
non

Pour découvrir cette ethnie, et d'autres objets de cette ethnie, cliquez sur son nom !

Ethnie Mahongwe / Hongwe présent majoritairement dans la région de Mekambo

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

Fatal Beauty

Traditional weapons of Central Africa

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Marc Léo Félix

Le « must » pour tous les amateurs de belles armes anciennes d’Afrique centrale.
Catalogue en tirage limité (700 exemplaires dont seulement 200 pour l’Europe) d’une superbe exposition dont l’éminent...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Fatal Beauty : Traditional weapons of Central Africa

Cameroun

arts traditionnels

  • Auteur : Bettina Von Lintig
  • Auteur : Gourcuff

Catalogue d'expo, beaux objets.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Cameroun: Arts Traditionnels

Orfèvres lointains

  • Auteur : France Borel, John B. Taylor
  • Auteur : Hazan

Ce livre offre un tour du monde de l'art de la parure , un univers dans lequel s'entremêlent les corps, les désirs, les peurs des hommes et l'objet comme pont entre conscient et inconscient , artifice et nature , passeport et masque .

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Orfèvres lointains

Going into Darkness

Fantastic Coffins from Africa

  • Auteur : Thierry Secretan
  • Auteur : Hazan

L'art funéraires et les cérémonies mortuaires au Ghana, élevés au rang d'art contemporain.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Going into Darkness: Fantastic Coffins from Africa

Catalogue de vente

Christie's Décembre 2007

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Christie's

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Vaudou Vodun

Collection Jacques et Anne Kerchache

  • Auteur : Marc Augé, Suzanne Preston Blier, Gabin Djimassé
  • Auteur :

Présentée du 5 avril au 25 septembre 2011 à la Fondation Cartier pour l'art contemporain à Paris, l'exposition Vaudou dévoile pour la première fois au public un ensemble exceptionnel d'oeuvres vaudou du...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon