Objet vendu !

2 300,00 €
format_quote Si tu veux savoir ce qu'est l'indulgence, aie un enfant format_quote

Reliquaire Bwiti - Kota / Mahongwe - Gabon - Reliquaire africain

Les Kota ou Bakota (pluriel) , ainsi que les Mahongwé vivent à l'est du Gabon, et sont réputés pour leurs reliquaires.

Initialement, les Kota avaient habitude de laisser leurs morts exposés aux éléments, dans la forêt.

Sous l'influence de tribus voisines, ils commencèrent à enterrer leurs chefs, puis à exhumer leurs ossements (principalement le crâne) pour les placer dans des boîtes en écorce ou des paniers appelé bwété, sur lesquels une statue était placée.

De ces boîtes ou paniers en osier rarement complets, nous connaissons surtout les sculptures qui les surmontaient, destinées à mettre en garde les forces de l'invisible susceptibles d'amoindrir le pouvoir surnaturel des reliques.

"De tels reliquaires étaient confiés à des chefs de clan qui les tenaient cachés, mettant parfois à contribution le pouvoir des reliques au profit du clan.
Lorsque des crises graves touchaient le village (un village regroupant plusieurs clans), les chefs rassemblaient leurs reliquaires afin d'effectuer des rites.
Ce culte était connu sous le nom de bwiti par les Mahongwé et leurs voisins, pour qui les gardiens constituaient les "visages" du bwété.
Chaque image avait son nom, ses pouvoirs spécifiques.
" Sources Musée Branly

Lors des grandes cérémonies du Bwiti (bwett, bwété, mbulu-ngulu ou mboy) du clan auxquelles ne participaient que les initiés, les reliquaires étaient sortis au grand jour.

"Le Bwiti est un rite initiatique originaire des populations Mitsogo et Gapinzi du Gabon central.
Sa date d'origine est indéterminée, mais remonte au-delà du XIXe siècle.

Le Bwiti est aujourd'hui largement répandu au Gabon, aussi bien parmi les populations du sud du pays que chez les Fang du Nord (diffusion autour de 1910 chez les fang), aussi bien en milieu rural qu'en milieu urbain.
A travers les Fang, le Bwiti s'est également diffusé en Guinée équatoriale et au sud Cameroun.

Le rite de passage du Bwiti est centré sur l'absorption par le néophyte des écorces des racines de l'arbuste appelé iboga ou eboga (Tabernanthe iboga).
Divers alcaloïdes présents dans cette plante (notamment l'ibogaïne) possèdent des propriétés psychodysleptiques de type hallucinogène. Pendant le rite de passage, l'aborption d'une dose massive d'iboga permet ainsi au néophyte d'obtenir des visions spectaculaires dont le récit aux initiateurs serviront à valider son initiation.

La branche originelle du rite initiatique parmi les mitsogo est appelée Bwiti Disumba.
Il s'agit d'un rite de passage pubertaire, strictement masculin. Le Bwiti Disumba s'appuie sur le culte des ancêtres, notamment à travers des reliquaires contenant les ossements des ascendants défunts.s

Le Bwiti Misoko constitue une branche initiatique dérivée et postérieure au Disumba. Le Bwiti Misoko possède une fonction avant tout thérapeutique (rite d'affliction): le néophyte choisit de se faire initier en cas d'infortune inexpliquée, dont on suspecte la plupart du temps qu'elle a été causée par un sorcier malveillant.
Les initiés du Bwiti Misoko sont appelés les nganga-a-Misoko, ou plus simplement nganga.
Ils ont une fonction de devins-guérisseurs. Contrairement au Bwiti Disumba des mitsogo et des gapinzi, le Bwiti Misoko accepte souvent (et de plus en plus) les femmes en son sein."
Sources wikipedia


Provenance collection particulière
Arts primitifs et masques Africains

C'est un coup de coeur !
L'objet est de grand format avec ses 85 cm de hauteur et 42 cm de largeur.

Difficile de le resituer dans un contexte. Pièce d'apparat ? Pièce rituelle ? En tout cas l'ensemble est des plus qualitatif et assurement impressionnant.

Fiche technique

Ethnie
Mahongwe / Hongwe
Pays d'origine
Gabon
Zone de collecte
Gabon, Libreville
Ancienneté présumée
entre 1950 et 1960
Aspect de surface
d'usage
Etat apparent
très bon état
Etat de conservation
dans son jus
Appartenance
ex collection particulière Europe
Test laboratoire
non testé
Hauteur, en cm
85
Poids, en grammes
5500
Socle
non

Pour découvrir cette ethnie, et d'autres objets de cette ethnie, cliquez sur son nom !

Ethnie Mahongwe / Hongwe présent majoritairement dans la région de Mekambo

Références bibliographiques pouvant vous être utiles

White Gold, Black Hands

Ivory sculpture in Congo Vol. V

  • Auteur : Collectif
  • Auteur : Marc Léo Félix

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Chasseurs et guerriers

  • Auteur : Christiane Falgayrettes-Leveau, Youssouf Tata Ciss
  • Auteur : Dapper

Les royaumes africains, comme partout ailleurs, se sont édifiés par la force des armes. Les œuvres dans cet ouvrage, figures équestres en terre cuite réalisées dès le XIIe siècle, couteaux et...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Chasseurs et Guerriers

Bundu

Masques et statues des Collections Privees

  • Auteur : Burkhard Gottschalk
  • Auteur : Africa Incognita

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

La maternité

dans l'art d'Afrique noire

  • Auteur : Gabriel Massa
  • Auteur : Sepia

Bel ouvrage reproduisant des maternités. Présentes dans toutes les ethnies, les maternités sont traditionnelles dans la statuaire africaine. On trouve des représentations de mère à l’enfant dans tous les...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

La maternité dans l'art d'Afrique noire

Dogon

  • Auteur : Nadine Wanono
  • Auteur : Chène

La vies et l'art des Dogon, très belles photos grand format.

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Les Dogon

Ceintures ethniques

D'Afrique, d'Asie, d'Océanie et d'Amérique de la collection Ghysels

  • Auteur : Anne Van Cutsem
  • Auteur : Skira

Après les bagues, les boucles d'oreilles, les bracelets et les colliers du bout du monde, les éditions Skira publient un cinquième ouvrage consacré cette fois aux Ceintures ethniques...

add_shopping_cart Acheter le livre sur amazon

Ceintures ethniques : D'Afrique, d'Asie, d'Océanie et d'Amérique de la collection Ghysels